En vérité, ce n'est jamais par la haine que la haine est apaisée ici bas. C'est par l'amour qu'elle est apaisée. Telle est l'antique loi.

Dhammapada, stance 5 - Le Bouddha

Se Connecter

Calendrier des Activités

Décembre 2017
L Ma Me J V S D
27 28 29 30 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31

Prochaines activités

Dim Déc 17 @10:00 - 11:45
NANTES Commentaire LA MARCHE VERS L'EVEIL Shantideva
Dim Déc 17 @14:00 -
MARCHE DE NOEL et TOMBOLA
Lun Déc 18 @19:30 - 20:30
TAI CHI
Mar Déc 19 @19:30 - 20:30
KUNDALINI YOGA
Mer Déc 20 @19:30 - 20:30
MEDITATION SUR LES ETATS D'ESPRIT (à confirmer)

Yangting Rinpoche est bien arrivé au Centre DETCHENE EUSEL LING
Voir le Calendrier des activités pour le programme en régions parisienne et nantaise et en Ariège


Liens pour la video et les photos de son arrivée à l'aéroport :


youtube
facebook

 

Ph02 Yangting Rimpoché

Transcription de la communication par SKYPE avec Kyabje Gosok Rinpoche du dimanche 13 janvier 2013 à l’occasion de la journée de pratiques de longévité accomplies pour le bénéfice de Rinpoche

Rinpoche2(1)

 

(cliquer ici pour télécharger le pdf)
Rinpoche commence par demander à Guéshé Thubten des nouvelles de Guéshé Sangyé.

Je vous remercie, vous tous qui vous êtes réunis aujourd’hui pour accomplir ces pratiques de longévité. Cela fait longtemps que nous ne nous sommes pas vus au travers de SKYPE et je suis très content de vous voir aujourd’hui. Des rencontres SKYPE par internet sont régulièrement organisées par nos autres centres dans le monde à l’occasion de la nouvelle année, des fêtes anniversaires, etc… et je suis très content que nous ayons pu organiser aujourd’hui cette rencontre avec les disciples de Paris à l’occasion de la nouvelle année occidentale.  Durant ces pratiques de longévité, appliquez-vous à la qualité de vos prières et de vos vœux.  

Vous écoutez régulièrement des enseignements sur le Dharma, je n’ai donc pas vraiment besoin de donner maintenant un enseignement. Ce qui est le plus important, c’est l’esprit. La pratique du Dharma vise à discipliner l’esprit. Pourquoi faut-il discipliner l’esprit ? Nous aspirons à être libérés de la souffrance et à jouir du bonheur. Lorsque nous parlons de souffrance, cela ne désigne pas simplement les misères et les situations difficiles actuelles à l’intérieur de ce monde. Et lorsque nous parlons de bonheur, ce ne sont pas simplement les bien-être temporaires que nous pouvons expérimenter au cours d’une vie. Ce à quoi nous aspirons, c’est un véritable bonheur stable et durable, complètement libre de toute souffrance. C’est la raison pour
laquelle, il est nécessaire de discipliner son esprit.  

En effet, qu’est-ce qui provoque nos souffrances, si ce n’est les facteurs mentaux perturbateurs (klesa) ?  Lorsque notre esprit est sous leur emprise, nous sommes dans une situation de mal-être, mais en outre, ces perturbations vont nous amener à commettre des actes négatifs générateurs de souffrances à l’intérieur du samsara dans le futur. C’est pourquoi, puisque nous ne voulons pas expérimenter de souffrance, il est nécessaire de ne pas laisser l’esprit aller sous l’emprise des facteurs mentaux perturbateurs. Il convient donc de parvenir à le maîtriser.  

Discipliner l’esprit, ce n’est pas rester assis comme cela, sans penser à rien. Parmi toutes les gardes, toutes les protections, la garde de l’esprit est la plus excellente. Par exemple, lorsque nous cultivons la concentration, le facteur mémoire joue un rôle primordial car c’est lui qui garde l’esprit. C’est lui qui le protège de la dispersion. Cette protection est la nature même de la mémoire.
Lorsqu’ainsi protégé, l’esprit reste placé sur l’objet et qu’il ne glisse pas vers d’autres objets, on parle de concentration.
 
Il importe de ne pas laisser son esprit aller sous l’emprise des facteurs mentaux perturbateurs tels que l’orgueil, la jalousie, l’attachement ou l’aversion. La mémoire assurant la garde de l’esprit, on doit veiller à ce qu’il soit dirigé vers des états d’esprit vertueux.  Dans les pratiques que vous accomplissez régulièrement, faites attention à ne pas laisser l’esprit en proie à la distraction. Même si vous n’arrivez pas à réfléchir aux vies futures, au moins, évitez de laisser partir l’esprit vers l’extérieur. Restez concentrés.
 
Par exemple, lorsque vous prenez refuge dans les Trois Joyaux ou lorsque vous pratiquez une Déité, ce serait bien de rester concentré sur la foi confiante à leur égard et sur leur capacité de protection.  Pourquoi est-il important de se focaliser ainsi avec dévotion sur l’objet de notre pratique ?  Nous pratiquons pour pouvoir purifier les actes négatifs et accumuler des mérites. C’est en développant une foi confiante sincère et concentrée à l’égard de ces objets de refuge ou de la Déité que nous pratiquons et en nous remémorant leurs qualités que nous devrions leur adresser des requêtes pour qu’ils purifient d’une part toutes les fautes que nous avons pu commettre depuis des temps sans commencement et d’autre part les voiles et les traces que ces fautes ont déposés en nous.  

Il s’agit donc de purifier les fautes et d’accumuler des mérites. Nous avons au centre un temple dans lequel se trouvent les supports du Corps, de la Parole et de l’Esprit. Il faut penser avec une ferme dévotion que ces supports ont pour nature celle des objets de refuge. Les Buddha et Bodhisattva sont véritablement présents ici. Si l’on considère qu’il s’agit simplement d’objets ordinaires fabriqués, les mérites que l’on accumulera par notre pratique ne seront pas très grands. La capacité à accumuler des
mérites dépend essentiellement de notre dévotion, de notre confiance.  

Nous devons agir de même face à l’autel que nous avons chez nous. Face aux représentations, aux photos que nous avons installées, nous présenterons toutes sortes d’offrandes telles que de l’encens, des fleurs… Ces objets d’offrandes sont forcément en nombre limité mais nous visualiserons que c’est une infinité d’offrandes d’encens, de fleurs, d’eau lustrale…., bref tous les objets qui réjouissent les sens, qui se déploient dans l’infinité de l’univers et sont disposés devant chacun des Buddha et Bodhisattva
qui sont innombrables. Nous penserons alors que les Buddha et Boddhisattva s’en réjouissent. En procédant de la sorte, on accumule de grands mérites.  

En outre, si vous pensez que derrière des apparences diverses d’objets matériels, ces offrandes ont pour nature véritable la sagesse sans supérieur qui est l’union de la félicité et de la vacuité, et si vous pensez que les supports auxquels vous présentez ces offrandes produisent alors en eux la capacité de générer la grande félicité de l’union de la félicité et de la vacuité, les mérites que vous accumulerez seront encore plus grands.  

Pratiquer, c’est donc essentiellement purifier les fautes et accumuler des mérites. Mais pour purifier les fautes, il ne suffit pas de faire des prières « Puissé-je être purifié ! », « Puissé-je me libérer des facteurs mentaux perturbateurs et des actes négatifs accumulés ! ». Cela ne suffit pas pour diminuer ces négativités. Pour y parvenir, il est nécessaire d’éprouver véritablement un regret profond et sincère et d’avoir une résolution qui soit ferme.  

Pourquoi le regret est-il si important ? Pour s’en convaincre il suffit de réfléchir. D’où viennent les souffrances auxquelles sont confrontés tous les êtres des six voies d’existence ? D’où viennent toutes les formes de douleurs que nous expérimentons ? Pour quelles raisons tournons-nous ainsi dans le cycle des existences ? Les souffrances expérimentées en tant qu’être humain et celles qui affligent les êtres dans les enfers, d’où viennent–elles ? Tout cela est le résultat des facteurs mentaux perturbateurs. De même,
les agrégats psycho-physiques à la base de notre individu sont eux-aussi produits par les facteurs mentaux perturbateurs et les karmas que nous avons accumulés sous leur emprise.  

Il est important de bien comprendre les dommages et les méfaits que produisent les facteurs mentaux perturbateurs. Et il importe également d’être conscient que si l’on ne pratique pas la contrition, on sera confronté à la souffrance dans le futur. Lorsque les causes et les conditions sont réunies, le fruit apparaît irrémédiablement. Par une activité négative, on accumule une cause de souffrances qui, dès qu’elle rencontrera des conditions favorables, donnera ses fruits de souffrance.  

Réfléchissant à cela, on devrait être convaincu que si dans cette vie-ci on ne procède pas régulièrement à des pratiques de contrition et de purification des fautes, il n’y aura aucun moyen d’échapper à la souffrance. Le regret que l’on doit éprouver en pensant aux fautes commises doit être aussi profond et intense que celui que l’on éprouverait après s’être rendu compte que l’on vient d’avaler un poison mortel. Si l’on procède de la sorte, il est possible de faire diminuer et même d’éliminer les mauvais karmas.

La pratique doit être régulière. Si vous commencez aujourd’hui, n’arrêtez pas demain. Il est important de s’y appliquer chaque jour sans faillir. Ne remettez pas au futur en laissant passer les jours, les semaines, les mois et les années. Une implication régulière est primordiale. Cette régularité est importante dans les choses de ce monde. Nous allons tous les jours de la semaine au travail de façon régulière, n’est-ce pas ? Pour la pratique du Dharma, cette régularité est encore plus importante. Chaque jour pratiquer autant qu’on le peut. Tout au long d’un mois pratiquer autant qu’on le peut. Tout au long de l’année, pratiquer autant qu’on le peut. C’est ainsi que l’on donnera tout son sens à cette vie.

Voici les conseils que je voulais vous donner.
 
Quelles pratiques de longévité avez-vous accomplies aujourd’hui ?  

 
Guéshé Thupten répond que nous sommes en train de faire la pratique des trois déités de longévité : Amitayus le
matin, et Tara blanche et Usnisa vijaya l’après-midi.  


C’est très bien. Je ferai moi-même de mon côté des prières.

Guéshé Thupten explique qu’un ordinateur et le matériel nécessaire ont été achetés pour que les enseignements puissent être retransmis à l’extérieur pour les personnes qui ne peuvent pas venir. Il explique que certaines personnes n’ont pas pu venir aujourd’hui mais qu’elles participent chacune chez elle à l’accumulation de mantra. Des messages email indiquant le nombre de mantra accumulés ont déjà été envoyés.  

Il est important de réfléchir cas par cas pour déterminer les bénéfices qu’il peut y avoir à retransmettre les enseignements à l’extérieur. Les bénéfices sont-ils plus grands ?


Au nom de toutes les personnes du Centre de Paris, de toutes celles de Nantes avec Monique, et de toutes celles de Toulouse et de l’Ariège avec Annie La, Michèle adresse une requête à Rinpoche pour qu’il revienne cette année 2013. Comme elle l’avait indiqué dans la lettre envoyée à Rinpoche il y a quelques semaines, tous les disciples de France prient Rinpoche de revenir donner des enseignements pour nous guider sur le Chemin. Les Géshés nous apportent beaucoup et leur présence est précieuse mais nous aimerions aussi que Rinpoche puisse revenir cette année parmi nous.

Je vais y réfléchir.  

Rinpoche fait le tour des disciples présents et adresse à chacun une petite parole ou un grand sourire.
Les disciples le remercient.  


Tashi délè
A bientôt
(prononcé en français par Rinpoché).